Sept hommes, sept femmes, sept minutes… Le terme anglais « speed dating » signifie littéralement « rencontre rapide ». Ce concept innovant du jeu des « chaises musicales » transposé dans le cadre de la rencontre amoureuse, est devenu en quelques années un véritable phénomène de société qui se conjugue aujourd'hui littéralement à toutes les disciplines. Ce que l’on sait moins, c’est que le Speed Dating est né aux Etats-Unis, en 1998, de l’imagination de Rabbi Yaacov Deyo, dirigeant de l'institut Aish Ha Torah Yeshiva de Los Angeles.

speeddating1


Rabbi Jacob

Yaacov Deyo est diplômé de l’université de Harvard, où il a étudié la physique et la géopolitique. A l’issue de ses études, il a dirigé un dispensaire pour sans-abri à Boston, et c’est à cette époque qu’il a décidé de poursuivre son éducation religieuse à la Yeshiva Aish Ha Torah. En 1996, Yaacov Deyo est ordonné Rabbin et c’est avec ses étudiants qu’il invente le concept du Speed Dating, pour aider les jeunes célibataires juifs de la ville de Los Angeles à trouver l’âme soeur.

speeddating2

La première rencontre de Speed Dating a eu lieu en 1998 au Pete’s Café de Beverly Hills et était exclusivement réservée aux membres de la communauté juive. En l’espace d’une année, la méthode de Rabbi Deyo s’est étendue aux Yeshivot de vingt-cinq capitales dans le monde et son invention a été plébiscitée par les plus grands médias américains, tels Le New York Times, People Magazine, ou encore le Early Morning Show de la chaîne CBS. Avec son épouse, Sue, il a coécrit l’ouvrage Speed Dating. The Smarter, Faster Way to Lasting Love, où il dévoile plusieurs stratégies pour évaluer rapidement le potentiel d'une relation. Aujourd’hui, Rabbi Yaacov Deyo enseigne les principes du Speed Dating dans le monde entier est assume le rôle de directeur pédagogique de Aish Los Angeles, qui est considéré comme l’un des plus grands centres d’éducation juive à l’heure actuelle aux Etats-Unis.

Du Net au tandem

En France, le Speed Dating est apparu au début des années 2000. Un de ses précurseurs a été le site 7minutes.com qui proposait à des célibataires de participer à ces rencontres rapides moyennant 30 euros l’inscription. Face au succès de la méthode, le modèle du Speed Dating s’est rapidement transposé de la réalité vers Internet, le principe restant le même en dehors du fait que les personnes communiquent depuis leur domicile via webcam. Les rencontres sont alors encore plus courte que dans le monde physique : entre une et cinq minutes.

speeddating4

Le principal business model du Speed Dating sur le Net semble être le paiement lors de la demande des coordonnées de la personne que l’on veut rencontrer. C’est le cas du site Internet américain Woome, qui propose des séances de speed dating en ligne entre 5 hommes et 5 femmes pour des rencontres d’une minute chacune, puis demande un dollar pour la communication des coordonnées. Crazy Blind Date, qui s’est récemment lancé aux Etats-Unis est à mi-chemin entre le Speed Dating classique et le speed dating sur Internet. Ce site propose à ses utilisateurs de répondre à quelques questions et d’indiquer leurs disponibilités. Puis, en fonction des autres membres, on vous propose des rendez-vous avec des personnes dont vous ne connaissez quasiment rien, d’où le nom de ce projet.

En septembre 2005, le site Woome qui possède actuellement le plus grand nombre de membres dans le monde a lancé sa chaîne de télévision en ligne. Le premier site proposant un service de Speed Dating en France est Illidate. Mais il semble que nombre de personnes ne sont pas très à l’aise devant une caméra et que la rencontre amoureuse physique soit finalement plus aisée que la rencontre via webcam. Les sociétés de rencontres, les associations en tous genres, mais aussi d’autres utilisateurs moins traditionnels, comme certaines stations de sports d’hiver, organisent des rencontres de Speed Dating d’un genre nouveau, comme par exemple le Speed Dating en tandems ou sur télésièges.

speeddating3

7 minutes pour convaincre

Rapidement devenu un phénomène de société, ce véritable « Trend » a graduellement dépassé les limites du cadre personnel pour s’étendre au domaine professionnel, où sa variante pro, le Job Dating, s’est adressée tout d’abord aux cadres dirigeants qui manquaient de contacts pour trouver un poste. Les premières séances ont été organisées à Paris par le réseau Oudinot, créé en 2004 par l’homme d’affaire juif Alain Desouche. Ces rencontres ont été parrainées par le site de recrutement Keljob.fr.

Cette formule du Job Dating ou encore du Speed Networking, littéralement « mise en réseau rapide », a rapidement progressé partout dans le monde et majoritairement sur les forums d’emploi des grandes écoles, comme coup de pouce aux candidats que les entreprises rechignaient à recevoir à la seule lecture de leurs CV. Dans ce type de recrutement, il faut avant tout être bref et percutant, pour aiguiser la curiosité du recruteur et lui donner envie d’en savoir plus. En sept minutes, il n'est pas question que la rencontre débouche sur une embauche en bonne due forme, avec signature de contrat. Il s'agit seulement d'une première approche, qui pourra donner lieu à un véritable entretien, si le contact est bien passé. En Israël, en février 2008, www.Digital Eve.org, le plus grand réseau national de femmes cadres dans le domaine du High-Tech, organisait son premier évènement de Speed Networking à Tel Aviv.

speeddating5

Seconde vie

A l'heure des nouvelles technologies et du web 2.0, les pratiques de recrutement sur le Net ont tendance à vouloir faire preuve d'originalité, et la mode du Speed Dating à ici aussi beaucoup influencé le système, en particulier dans le cadre de ce que l’on appelle les « bureaux virtuels de recrutement », où les candidats postulent directement en ligne, sans envoyer d’email depuis leurs messageries.

Le E-recrutement sur le site Internet du jeu en ligne Second Life est un logiciel de réalité virtuelle où chaque internaute peut faire évoluer son avatar dans un monde investi par de nombreuses entreprises, comme Aréva, Alsthom, ou L'Oréal, en se rendant dans leurs bâtiments virtuels, et en participant à des rencontres de Speed Networking. Le recruteur virtuel a plusieurs avantages : l’entretien peut avoir lieu n’importe quel jour de la semaine et à n’importe quelle heure, et la virtualité permet une certaine distance qui amoindri le stress chez le candidat. D'après des études faites dans ce domaine, d'ici quatre ans, 80 % des internautes actifs auront une « seconde vie ».

De grandes entreprises comme Cisco ou IBM organisent déjà couramment des réunions sur SL. Les chasseurs de têtes considèrent ce jeu comme le chaînon manquant entre les Job Boards, sites d'emploi en ligne qui sont parfois considérés comme assez froids, et les agences de recrutements physiques. Sur SL, n’importe quelle entreprise peut à moyen terme envisager l'organisation de « speed recruiting », sans mobiliser de grands moyens et avec l’assurance d’une participation massive et de qualité.

Hommes pressés

Il eut été naïf de croire que la mode du Speed Dating s’arrêterait au domaine du recrutement professionnel, et l’année 2008 a vu apparaître, aux Etats-Unis et en Europe, la toute dernière branche héritière de ce phénomène incroyablement efficace, le Business Speed Dating ou Speed Dating entrepreneurial. Un genre nouveau qui s’adresse aux hommes d’affaires pour qui, on le sait, le temps c’est de l’argent, et qui leur permet de rencontrer, dans un lieu prédéterminé et en un temps record, un maximum d’autres patrons, avec à chaque fois plusieurs pays représentés.

Pas de véritables contrats à la clef de ces entretiens minutés, mais des prises de contact et beaucoup d’échanges de cartes de visites et de plaquettes commerciales, générateurs d’élargissement des réseaux professionnels et surtout d’une véritable internationalisation des marchés. Rabbi Yaacov Deyo avait le sens du commerce et son Speed Dating est une marque déposée depuis 1998, mais  il était sans doute loin d’imaginer que sa version modernisée de notre bon vieux « Shidduch » allait bouleverser les mécanismes de la pensée sociale de manière aussi radicale. Le judaïsme est décidément la plus moderne des philosophies.

Sandrine Bendavid (Jerusalem Post Edition Française, novembre 2008)